ASSAINISSEMENT – ADDUCTION D'EAU POTABLE

 

- Assainissement :

 

L'assainissement des eaux usées en collectif ne couvre pas tout notre territoire de manière uniforme. Nous rappelons que la compétence eau et assainissement n'est plus exercée par la mairie, mais par le Syndicat Mixte Départemental de l’Eau et de l’Assainissement – SMDEA.

Des contrôles ont été effectués par le SMDEA afin de vérifier l’assainissement non collectif au niveau de la commune. De nombreuses installations individuelles sont considérées non conformes. Ainsi, des travaux coûteux sont a prévoir à moyen terme par les propriétaires.

Suite à un entretien avec le représentant territorial de cet organisme, il en ressort que l'assainissement collectif pour les hameaux non équipés ne pourra pas être réalisé pour raisons budgétaires. En effet, les ressources financières du SMDEA sont en forte diminution.

 

De ce fait, il ne resterait comme solution que l'assainissement non collectif. Mais ce système pose principalement deux problèmes :

 

- Le coût pour l'usager (réfection ou achat d'une micro station).

- Le problème d'espace pour l'implantation du système choisi, car beaucoup d’habitant.es ne possèdent pas de terrain.

 

La solution de l'assainissement autonome regroupé proposée par le SMDEA est envisageable. Cette alternative permettrait de réduire la facture et de faciliter l'implantation de micro stations. Néanmoins, ce procédé reste une dépense très élevée (entre 4000 et 6000 €) et implique la création d'associations gérées par les usagers. A savoir que ces associations ne doivent pas dépasser le seuil de 20 équivalent/habitants pour ne pas rajouter de procédures supplémentaires onéreuses ( intervention d'un bureau d'études et de multiples contrôles sur la stabilité du terrain, passage caméra, étanchéité...).

 

Le discours du SMDEA est que sur une période de 10-12 ans, la dépense est la même qu’en collectif. Les taxes seraient moins élevées en non collectif, mais ceci reste à prouver. Le coût serait lissé sur plusieurs années pour un assainissement collectif, et immédiat et lourd pour un non collectif.

 

De plus, le confort apporté à l'usager par un assainissement collectif est bien plus grand qu'en non collectif. En effet, ce dernier nécessite un entretien régulier, et donc un coût supplémentaire. Rappelons que la directive européenne concernant l'assainissement et le traitement des eaux usées date d’avant 2005 (transfert des compétences). A l'époque, de nombreuses mairies ont su faire le choix d'un programme d'assainissement sur plusieurs années. Cette orientation a permis aux habitant.es d'avoir un traitement collectif pour tous. Nous pouvons nous demander pourquoi aucune solution n’ait été envisagée alors qu'un financement public existait.

 

Concernant le village du Merviel, la municipalité actuelle n'a pas tenu ses promesses. A ce jour, aucun habitant.es n’est tenu de se mettre en conformité. Les directives en terme d’écologie risquent de les obliger à se mettre aux normes.

 

Cette situation est pour nous préoccupante, car les habitant.es risquent de se retrouver seuls à gérer ce problème.

 

 

- Adduction d’eau potable :

 

Les hameaux le Cazal, la Bayche, la Salle, Gouiric, le Taychel, Dardé, le Faourou sont souvent desservis par de l’eau impropre à la consommation. Effet, chaque forte pluie entraine des problèmes de turbidité de l'eau.

 

Pour pallier à ce problème, deux solutions sont à l’étude :

 

- La construction d’une usine d’ultra filtration à Roquefort les Cascades, et l’alimentation par descente naturelle.

 

- L’alimentation en amont du réseau, par la station de La Tour Du Crieu qui dessert la commune jusqu'à Dun.

 

A ce jour, aucun choix n'a été fait.

 

En résumé, c’est le SMDEA qui a les compétences eau et assainissement. Il reste notre interlocuteur, et nous nous efforcerons de rediscuter des choix d'assainissement et de distribution de l'eau avec lui. En effet, nous souhaitons que tous les habitant.es de la commune bénéficient du même service public.